Exploration du Monde - Douce France, par canaux et rivières


douce-france 02 P

Live Kommentar in französischer Sprache von Maximilian Dauber

Partons à la découverte des plus beaux coins de France en remontant canaux, fleuves et rivières. Au fil de l'eau, nous traversons une France royale, intime, artisanale, citadine, pastorale, villageoise ou sauvage. Suivons le regard maritime des bateliers et éclusiers qui nous dévoilent un univers rare et méconnu qu'on appelle la douceur de vivre.

La France possède le plus beau et le plus long réseau de voies navigables d’Europe. Voyager au fil de l’eau, c’est découvrir selon les choix géographiques une France tantôt royale ou intimiste, tantôt artisanale ou pastorale, tantôt villageoise ou sauvage.

Ce périple bucolique proposé est avant tout une rupture avec notre mode de vie urbain et une façon de renouer avec une douce France.

Au fil des canaux, des fleuves et des rivières qui arrosent les plus beaux coins de l’ouest de la France va se révéler un monde secret où vivent encore d’étonnants personnages passionnément attachés à leur région et à leur mode de vie. Ce film n’est pas que l’inventaire des canaux de l’ouest de la France, c’est avant tout la découverte de l’extraordinaire patrimoine humain, historique et architectural que nous réserve l’arc géographique qui s’étend du pays des Ch’tis à celui des Basques en passant par les régions de Normandie, de Bretagne, de Vendée, de Charente, de Dordogne et du Bordelais en direction du canal du Midi.

Ce fil maritime vous dévoilera un univers méconnu et poétique où baigne encore un indéniable art de vivre, appréciable de nos jours.

 

Maximilian Dauber

 

Cinéaste spécialisé dans le documentaire, Maximilien Dauber a réalisé plusieurs longs métrages dont « Sahara des Peuls » ainsi que « La légende du Nil », « Bruxelles,… ma belle » ou encore « La Toscane, un certain art de vivre ».

Il est également l’auteur d’ouvrages illustrant les sujets de la plupart de ses tournages. On lui doit de nombreux films et livres sur l’Egypte ainsi que des travaux cinématographiques et photographiques sur le monde saharien dont le portrait « Théodore Monod, un destin nomade » diffusé sur France 3, RTBF et d'autres chaînes internationales.

Parallèlement à ses tournages au Pays du Soleil levant d’où il ramène le reportage « Un thé au Japon », il réalise pour l’Office du Tourisme wallon une imposante série de clips promotionnels sur les richesses de la Wallonie ainsi qu’un documentaire télévisuel diffusé par la RTBF intitulé la « Wallonie, le terroir au fil de l’eau ». Avec Philippe Soreil, il réalise un film sur « Rome » avant de poursuivre le tournage du long métrage sur les plus beaux canaux, fleuves et rivières de l’ouest de la France.